L’effet de la force centrifuge sur l’ouverture des tourbillons

L’effet de la force centrifuge sur l’ouverture des tourbillons

Les tourbillons quel phénomène majestueux, qui est emprunt d’énergie! Ceux qui sont facilement observables à l’œil nu sont ceux dans les fluides, je vais donc me concentrer à l’analyse de ceux-ci.

Ce qui est fascinant c’est que même si je n’ai pas fait de test, il semble que les tourbillons ont besoin pour opéré d’une certaine règle d’échelle, bref je n’ai jamais observé de minuscule tourbillon ce qui est étonnant.

Mais ce qui est formidable, c’est que j’appellerais l’instant magique, ce que le physicien détesteront puisque cette appellation est emprunt ésotérisme, c’est l’instant ou le sens de rotation est déterminé, le moment ou au préalable c’était le calme plat, puis vain l’ouverture du drain, puis c’est le combat dans tous les sens pour déterminé ou est le surplus d’énergie dans le sens antihoraire ou horaire de la matière, il n’y aura qu’un sens qui gagnera cette lutte qui peut durée quelque secondes, car le liquide voudra prendre de l’accélération, car il semble que l’eau s’écoule mieux en rotation ce qui est extraordinaire.

 Donc cette révolution est fabuleuse et d’une efficacité désarmante, mais il reste néanmoins que la prévisibilité du sens horaire ou anti horaire est de plus en plus dur à cerné plus le tourbillon est petit puisque la matière qui entre en jeu couvre une petite distance prêt de l’orifice puisque c’est à cet endroit ou le centre est déterminé et que tout tourne autour. J’aurais tendance à dire que plus l’orifice est grand plus que l’eau va avoir de la facilité à organiser son sens de rotation sur une plus grande surface d’eau disponible.

Puisqu’il semble qu’officiellement la force centrifuge existe sans existé, tout comme le temps serait une illusion, j’utiliserais la force centrifuge pour définir l’ouverture du cône tourbillonnaire versus la pression du liquide qui augmente en profondeur ce qui créerait ce cône ou cette spirale, à noter que si on fait abstraction et l’on inverse le problème on figure la grande ouverture conique au fond de l’eau prêt de l’orifice de ou l’eau s’échappe puis  la pointe du cône à la surface, il y aurait une espèce de point de chute lorsque l’on enfourcherait ce tourbillon inversé aux lois de la physique, on chuterait dans un vide qui nous entraînerait  directement au fond,la chute libre quoi, sans suivre l’effet de la spirale qui donne l’effet similaire d’un tourne-disque musical qui amène son aiguille vers le centre plus la mélodie avance. Le tourbillon amoindrit la chute de l’objet qui s’y trouverait entrainer dans ce courant avec sa propre vitesse de rotation versus l’accélération verticale ce qui le pousse vers le centre au fur et à la mesure qu’il y descend.


Imaginé la friction qu’il peut y avoir prêt de l’orifice au bas du tourbillon  ou l’eau qui est statique entre en friction avec l’eau qui est en rotation rapide, cela me donne l’idée que le tout est relié à la viscosité, moins la viscosité est grande plus le tourbillon sera puissant et j’airais tendance à dire moins il y aura de viscosité plus le tourbillon pourra être petit. La viscosité donne un effet d’entrainement du point de vue de la friction donc je crois qu’il affectera une plus grande distance en termes d’effet de rotation à la surface de l’eau versus un tourbillon plus puissant avec une plus grande vitesse de rotation n’ira effectivement pas entrainé un objet dans son sillon sur de grandes distances…

Laisser un commentaire

Fermer le menu