Ma psychose, mon expérience…

Ma psychose, mon expérience…

Pour débuté, il n’y a pas d’antécédent psychotique dans ma famille rapprochée et je n’ai jamais consommé de drogue mise appart la fumée secondaire du cannabis qui m’a donné une perspective de l’effet recherché par ces adeptes, donc j’en viens à la conclusion que ce n’était pas une psychose toxique que j’ai faite.

S’il y a un lien à faire avec un élément déclencheur dans ma vie qui était normale jusque là, c’est la fermeture hâtive de mon entreprise pour différents motifs, dont celui de non-rentabilité, principalement, ce qui a déclenché chez moi de la nostalgie par rapport à tout le travail que j’ai effectué pour en arrivé à cet état de fait, car j’étais satisfait de mon niveau de réussite versus le bagage académique que j’avais.

Les autres motifs ne sont tout de même pas négligeables, car c’était un ultimatum, mon frère étant devenu obscure suite à l’annonce d’une rupture amoureuse qui a été déclenchée par un évènement symptomatique, bref avec lui, y faut ce mêler de nos affaires (c’est même rédiger clairement sur sa fiche de présentation Facebook), mais moi je le savais depuis longtemps tout cela, il faut croire que d’autre ne l’avais pas encore compris.

Donc j’y ai gouté a essayé de défaire ses idées noires, et a fermé cette entreprise dans un délaie raisonnable, puisque lui préconisait une fermeture le lendemain matin de sa rupture amoureuse, et il y avait tous ces contrats de signés avec des clients qu’il fallait respecter pour ne pas ce faire poursuivre sous peine de rupture de contrat ayant causé des dommages punitifs.

 Puisque nous voulions fermer cette entreprise, je ne pouvais engager quelqu’un de compétent pour remplacer mon frère et que je connaissais bien, il m’en aurait coûté au moins 40$ de l’heure avec les avantages sociaux, puisque la valeur marchande des contrats de travail me rapportait environ 15$ de l’heure, le tous  quand je calculais mes heures versus la paie que je me versais, donc s’étais impensable continuer dans la saine gestion. Il fallait donc que je rembourse tous les comptes fournisseurs et que je couvre les couts de fermeture.

Une fois tous les redistributions faites et le matériel roulant vendu, il nous restait 20 000$ chaque ce qui était peu de mon avis compte tenu de toutes les heures investies dans ce projet a tout confectionner soi-même. Peut de personne attache des émotions à leurs biens personnels, dans mon cas c’était le cas ce qui n’aidais pas à me défaire de l’idée que je n’avais plus d’entreprise. Je ne suis pas du genre à être capable d’acheter et de vendre ou de jeter froidement sans ressentir quelque chose.

Dans les mois qui suivirent une lente agonis vers la dépression, bref rien de très original dans cet état d’être, j’étais mélancolique à mes heures, mais je réussissais tout de même à aller travaillé et a faire mes petites choses qui me permette d’être fonctionnel en société alors que pratiquement plus rien ne m’enflammait comme  au paravent mis appart la musique qui me faisait vivre les sentiments et émotions au travers de la vie des autres.

Donc rien à l’horizon de très distrayant dans le monde réel comme puis-je l’appelé, mais dans le monde abstrait il y avait au programme musique de tous les styles et étude de Léonard De Vinci. Je préférais presque être dans ce que je qualifierais de délirium, qu’être sur le planché des vaches ou dans le moment présent, car je m’y sentais confortable et cela me fessait travaillé intellectuellement,et c’était dans mes cordes comme puis-je dire. Lors de test internet que je fis lors de cette période de ma vie, j’étais dans la moyenne haute du point de vue  du quotient intellectuel, mais ma mémoire de travail affichait une efficacité de 100% donc j’avalais le test. Je sais qu’il faut une évaluation faite par un professionnel qui se chiffre entre 1500$ à 2000$ pour être sérieux dans sa démarche, car qu’est-ce que vaux un petit test d’appriori 50 questions qui cherche sans doute à positionner quelqu’un au centre pour respecter la distribution Gausienne alors que je présume les tests Wais ratissent beaucoup plus large du point de vue des compétences et des champs d’action cérébrale.

J’avais découvert les grands quelques années au paravent, ce qui permet par la suite de constater qu’il y a des moyens comme des petits qui font des choses extraordinaires, mais il faut donner à Cézar ce qui lui revient, Léonard de Vinci avec ces concepts décousus qui ne tiennent rien de concret dans la vie de tous les jours et qui semble être du bois mort en apparence, son une tout autre activité cérébrale pour moi, de conjuguer ce qu’il a fait avec la physique contemporaine c’est vraiment exaltant de ou l’importance de mentionner lorsque l’idée provient de lui dans ces bases.

Au travers de ce temps je trollais différent blogue et forum de site de rencontre avec des élucubrations que je trouvais drôle et qui ne faisait presque rire que  moi, mais j’étais bien à la recherche de quelque chose.

Un jour alors que j’allais consulté le forum d’un site de rencontre très convoité à l’époque, je vérifiais chaque jour les nouveaux membres inscrits dans la gente féminine puisque je m’ennuyais, parfois je regardais les fiches des hommes, mais ils se mettaient tousses sur leurs plus beaux jours pour essayer de ce saucé le pinceau pour la plupart, donc c’était toujours la même chose de mon point de vue, car pas un n’était là pour s’amuser. Du côté des femmes aussi, mais c’était moins flagrant, mais il y en avait toujours une qui cherchait le prince charmant, c’est donc dire qu’il n’en manquait pas du côté des hommes.

Donc cette fameuse journée, je suis comment puis-je dire, tombé sur le cul, un profil d’une femme qui cherchait une belle intelligence et qui était ouverte à faire des rencontres seules ou entre amis. Les photos étaient aguichantes puisqu’elle était exotique et sensuelle pour une Québécoise, je dois dire que cela a suscité mon attention, car elle laissait son adresse Facebook au bas de sa description, bref elle ne voulait pas passer par la messagerie moribonde du site de rencontre qui est plate comme là mort du point de vue des échanges laconique qui si produise.

Arrivé sur son profil Facebook c’était très distrayant, elle semblait être en rupture conjugale et certain billet laissait miroité que ça n’allait pas excessivement bien. Alors je me suis mis à analyser les billets et je postais la solution dans sa messagerie privée puisque la section commentaire était fermée. C’est difficile d’aider quelqu’un quand on ne va pas bien personnellement, surtout que j’avais un problème à le faire qui me rongeait de l’intérieur, c’est qu’elle était de mon goût, bref j’aurais aimé que ça aille plus loin avec elle  et du peu que je la connaissais, cela entrait en contradiction avec mon éthique personnelle. Je pense qu’elle avait seulement besoin d’un peu de réconfort pas d’une bouée de sauvetage comme relation.

Le délire commence ici, par la suite, je croyais qu’elle me répondait via la messagerie lorsque je lui envoyais ce qui me fait bien rigoler, aujourd’hui puisque maintenant que je prends des antipsychotiques et je dois dire que je suis comme dirais les Anglais get right to the point. Haha!

Par la suite, je croyais qu’elle essayait de m’analyser pour m’aider, une grave erreur que j’ai déliré amèrement…

Je me suis prêté à se jeu puisque je trouvais cela amusant contrairement à quand j’entrais en contact avec une femme. Habituellement pour ce que j’en connais, il faut dire les choses sans les dire, comme avec une personne inconnue, sinon on les froisse au premier abord. Tournée autour du pot quoi! Plus que tu tournes vite, plus que tu as des résultats!!! Comme elles le disent (il faut que la conversation coule). Je ne sais trop ce que cela veut dire exactement, j’imagine qu’elles parlent de chimie entre les êtres. Ahah

Sans m’en rendre compte, je lui faisais du harcèlement avec mes analyses. Il y avait l’adresse de son gym qui était inscrite, puis elle postait une photo de deux personnes qui s’entrainent ensemble ,et bang moi je vais m’inscrire pour m’entrainer à son gym, je me souviens, j’avais de la difficulté à remplir la feuille d’inscription tellement j’étais désorganisé mentalement, ma coordination motrice était faillant, je titubais comme un alcoolique rien de rassurant quoi!

Une autre fois elle poste qu’elle sort en boite de nuit et moi sans rien lui demander, je me rends à cette boite de nuit pour la rencontrer, parce que j’aurais aimé avoir une discussion avec elle à cette époque, je me souviens qu’arrivé sur les lieux rien ne corroborait d’avec ces photos qu’elle avait postées, donc j’avais du déliré puisque je n’ai jamais pu le vérifier sur mon cellulaire à cause que j’étais trop désorganisé pour le configurer l’application Facebook c’est tout dire. J’ai quand même passé la soirée dans cette boite de nuit, je dansais la danse du bacon par moment et je buvais du rhum and coke. Les gens dégobillaient sur le plancher de danse et moi je trouvais cela rigolo puisqu’ils dansaient dans la vomissure, pas trop hygiénique. Je l’ai cherché toute la soirée et comme par magie, arrivé à la fin de la soirée j’aperçois sa BMW couleur crème (je le savais puisqu’elle était sur sa page Facebook) stationnée à l’autre bout au bas de la pente et elle semble marché en direction de son auto avec une amie. J’étais très loin d’eux, donc je marche en direction d’elle, je n’avais pas l’intention de les aborder puisque ce n’était pas la place appropriée dans un stationnement mal éclairé, ce n’est pas rassurant pour une femme, j’aurais apprécié la rencontrer à l’intérieur de la boite de nuit, donc je l’ai laissé filer en me disant que demain je lui proposerai un endroit pour me rencontrer.

Une fois arrivé chez moi, je lui réécris de laver c’est soulier, car il y a de vomis en dessous, ce que je trouvais très drôle.

Le lendemain, je lui demande si  elle veut qu’on se rencontre dans l’endroit de son choix. Et bang là elle me répond clairement. (Si tu entres encore en contact avec moi, j’appelle la police)

Là ce n’était pas du délire, je me suis donc excusé, mais je n’ai pas pu arrêter d’analysé par la suite sa page Facebook c’était trop accaparant. Ce qui là échauder par la suite c’est que je pense que je lui ai posté une photo de moi en train de laver mon camion. J’ai fait une blague de physique que j’ai écrit comme ceci (regarde au-dessus de ma main ça brille), effectivement ça brillait puisqu’il y avait réverbération des rayons du soleil sur la calandre de mon camion. Avec cette photo que j’avais transmise, il y avait le nom du dépanneur devant chez moi inscrit sur un panneau, donc ils m’ont localisé comme cela puisque mon Facebook était un compte sans identité pour m’informer des personnes que je connais sur Facebook qui ne sont pas accessibles autrement. Donc la police est venue chez moi, me mettre en arrestation pour harcèlement. Deux policiers que j’ai trouvé très gentils et professionnels, il ne m’ont pas mis les menottes et je les ai suivi avec mon camion jusqu’au poste, arrivé dans la salle d’interrogatoire, ils m’ont demandé si je voulais voir un avocat, j’ai dit oui, car c’était gratuit et je voulais avoir l’avis d’un professionnel, tout ce que l’avocat m’a dit c’est dans dire le moins possible, ce qui n’est pas trop mon genre. Donc j’ai répondu à toutes les questions.

Par la suite j’étais encore omnibullé, je n’ai pas cessé alors que n’importe qui aurait arrêté, car les publications continuaient, j’ai décidé que se serait  le juge qui trancherait, quand je suis arrivé devant lui, j’ai répondu a ces questions pour qu’il se fasse une tête et j’ai plaidé coupable, j’ai suivi ces recommandations qui sont 10 ans pas d’arme à feu et ne pas avoir de contact avec la victime pendant 2 ans ce que j’ai respecté.

J’espère que je ne lui ai pas trop fait peur, pour le reste je ne sais trop quoi en penser, c’est le vide…

Sinon j’ai fait deux jours de prison, les prisonniers m’appelaient le chimiste en référence à la série Breaking Bad. Je détonnais trop du lot, car je n’ai pas pris la protection pour m’en sauver, ceux qui voulais savoir pourquoi j’étais là je leur racontais ce qui c’est passé et je n’ai pas eu de problème. Je me souviens qu’on entendait les valves de maintien de pression de l’eau dans les murs, je me souviens que 1 coup voulait dire oui et 2 coups voulais dire non, je répondais aux questions je me posais de cette façon, c’est pour dire à qu’elle point j’étais perdu, j’essayais de faire de la cryptographie.

En plaidant coupable, ce qui c’est produit c’est que je  me trouvais à esquiver les soins psychiatriques, car j’avais été évaluer par un psychiatre qui m’a laissé le choix entre deux diagnostiques qu’il m’a imprimé via Wikipédia, d’un côté délire de persécution ou de l’autre délire érotomaniaque, je lui ai dit que c’était plus le délire érotomaniaque, il voulait me prescrire des médicaments mes j’ai refusé puisque Bob un intellectuel que j’ai rencontré au centre d’évaluation psychiatrique ma convaincu que cela me brulerait les neurotransmetteurs synaptiques, bref j’y connais rien, alors que lui souffrait plus d’un délire de persécution, car je me souviens il écrivait à toutes les instances gouvernementales pour se plaindre de son sort et avoir un recours pour sortir de là, alors que moi j’étais beaucoup trop désorganisé pour rédiger une telle lettre, ce que j’occupais mes journées, je faisais des dessins malgré la faible qualité des crayons qui avait au centre.

Donc une fois sortie du centre d’évaluation, ma psychose s’est exacerbée peu à peu. Jusqu’à tant que j’appelle l’ambulance pour qu’ils viennent me chercher chez moi, j’étais trop à bout.

Il y a plusieurs facettes au délire, celui-là en est un, peut-être que j’en raconterai d’autre quand l’inspiration me viendra.

Ah oui un détaille intéressant, quand la psychose était exacerbée, j’ai su que l’Université de Montréal a installé dans sa BMW un système sophistiqué qui lui permettait de voyagé dans différente passage du système neurologique central, bref des états parallèles de conscience, bref elle fait faire du pouce aux gens dans ce système, du pouce au sens d’auto-stoppeur. Quand même assez rigolo tellement que c’est n’importe quoi. Ahah

J’ai même dit à mon frère qu’il faut qu’elles viennent me chercher avec sa BMW au centre de santé mentale, car il y avait le même modèle de stationné derrière la bâtisse je croyais que c’était la sienne…haha

Une autre bonne anecdote, cella je ne m’en souvenais pas, mais il paraîtrait que j’aurais dit à mon père qu’on ne peut pas communiquer ensemble puisque nos cerveaux n’interagissent pas sur la même fréquence. Celle-là c’est le total….Ahana! Vos mieux en rire quand pleuré, mais c’est ça la maladie mentale.

Je crois que je vais demander un pardon, bref la procédure gouvernementale, puisque cela fait longtemps que j’ai une bonne conduite et se dossier m’a nui quand il a fallu que je me cherche un emploi, l’entreprise avec une citation Einstein dans le hall d’entré n’a pas retenu mes services ce qui est peut-être une bonne chose puisque j’ai trouvé du travail à deux pas de chez moi, mais bon…

Avant de terminer, j’aimerais prodiguer des remerciements, tout d’abord à mes parents qui m’ont soutenu lors de cette aventure et surtout mon père qui m’a cherché un avocat lors de ce périple. Mon frère et sa conjointe qui sont venus me rendre visite à l’hôpital ainsi que mes amis qui ne m’ont laissé tomber suite à cette aventure.

Quant’à la victime, je m’excuse d’avoir eu ce comportement avec elle, j’espère que je ne lui ai pas fait trop peur. J’ai de la difficulté à me mettre à ça place bien qu’habituellement je ne manque pas d’empathie.

Cela m’a permis d’explorer comment notre système gouvernementale fonctionne de l’intérieur, je demeure très reconnaissant d’avoir eu cette chance de vivre cette expérience hors du commun, c’est la façon dont je vis la chose…

Cet article a 2 commentaires

  1. Erik , je suis fier de toi et continue ce sens pour te libérer de tes pensées . Ton père qui t’aime , Daniel

    1. eh bien, merci c’est apprécié!!!

Laisser un commentaire

Fermer le menu