Le champ de vision

Le champ de vision

L’an dernier par une journée ensoleillée j’observais les mésanges bien assis confortablement sur mon balcon. Ces petits oiseaux sont très rapides et agiles, a toute fin pratique, elle se téléporte d’une branche d’arbre à l’autre , bref, elles disparaissent d’un endroit pour réapparaître plus loin. Avec autant de vigueur pas étonnant qu’elle n’est pas peur de moi, elles ont cette capacité de flairée ces gestes brusques qui les font fuir, cela semble plus prêt de l’automatise que de la peur ressentie, car leurs réactions est vraiment instanées.

Mais il semble y avoir un problème avec cette fameuse téléportation, si la vue humaine fonctionnait comme une caméra avec le principe d’image sur image, les mésanges laisseraient des petites trainées qui ressembleraient à une étoile filante par analogie.

Pour un chasseur avec un arc qui voudrait abattre un oiseau qui passerait rapidement dans son champ de vision, il faudrait qu’il tire dans le devant de la déformation, à l’endroit ou l’image est le moins nette et/ou elle est en train d’apparaitre. Sur le point de vue de l’évolution cela créer place amélioration.

Les images rapides en rotation comme les enjoliveurs de voiture ou les palmes d’un ventilateur disparaitraient puisque l’image n’aurait même pas le temps de se concevoir on pourrait alors perdre un doigt en se mettant le doigt a un endroit qui tourne rapidement.

Si les images s’actualisaient en rotation sur le même principe qu’un radar, les objets rapides pourraient disparaitre et réapparaitre plus loin, bien sûr ce n’est pas parfait comme concept parce qu’il y aurait un point au centre de notre vision ou les objets ne seraient pas réactualisés. Il faudrait que le centre soit rotatif lui aussi. C’est pour cela qu’on peut s’amuser a balayer sur 180 degrés les jantes en rotation sur l’autoroute et être capable de deviner le profile qu’elles ont lorsqu’elles sont a l’arrêt, si la vision fonctionnait image sur image notre cerveau ne serait pas capable de faire la distinction entre plusieurs profils différents et créer une image de substitution et choisir celle qui s’apparente le plus sans réellement l’avoir vue en vraie.

Découvrez les serpents tournant du japonais Akiyoshi Kitaoka, véritable génie de l’illusion hypnotique.  Ce professeur de psychologie à l’Université Ritsumeikan de Kyoto est passionné par la perception visuelle et les illusions d’optique comme l’anamorphose.

Laisser un commentaire

Fermer le menu