Mademoiselle  Marcelle Lapompe

Mademoiselle Marcelle Lapompe

Récemment, quelqu’un a partagé un pamphlet compromettant du point de vue des idées de mademoiselle  Marcelle Lapompe dont j’ignorais l’existence à ce jour. Donc je n’ai pu m’empêcher de commenter tellement cette drogue était puissante neurologiquement… Voici comment l’ai-je rédigé…

J’avoue que c’est la première fois, du plus loin que je me souvienne, à la lecture de ce pamphlet, une authentique de son époque, qui se ferait craché aujourd’hui salle (Troll), mais le nouveau c’est bien le (Une), roulant sa bosse sous plusieurs pseudonymes, elle divertit le parquet masculin, indispose-t-elle le féminin?, bref je la connais que de sa vulgarité sans équivoque, que reproche-t-elle aux hommes, en leur faisant vivre l’apothéose sexuelle au travers de ses écrits, en leur faisant recherché l’insatiable? Cela me semble plus une critique acerbe de ce qui est, et du prix à payer pour une femme face à l’amour…😄

Et j’enchaine par la suite d’un autre commentaire….

Cela m’a fait réfléchir, une anecdote, j’avais rédigé un petit brulot, le thème en était la dominance de l’homme, je faisais la remarque au travers de tournure de phrase, qu’elles ne détestaient l’homme dominant aux pieux, puisse-t-il durée de plus 2 minutes, pour assouvir leurs sexualités, j’ai été censuré, j’ai été accusé de sexiste, bref confession d’un branleur…😆 Le féminisme à la recherche du prince charmant???😆

J’ai re-posté le sujet via les commentaires que j’ai fait dans un groupe Facebook, le premier commentaire que j’ai eu a été (Je ne comprends rien à ce que tu as écrit) donc j’ai tout effacé. Lorsque j’écris, on me fait souvent la requête de changer de style d’écriture et cela provient même des très hauts quotients intellectuels.

 Ils sont incapables de sauter d’une idée à l’autre, il faut que le style littéraire demeure le même, soit linéaire et que tous s’enchainent et s’emboitent sinon c’est la confusion.

Après de fructueuses recherches, j’ai consulté le site Wikipédia et il y aurait une certaine similitude entre mon style d’écriture et la Novlangue. Voici ce que stipule le site à ce sujet…

La (ou leNote 1) novlangue (en anglais « Newspeak ») est la langue officielle d’Océania, inventée par George Orwell pour son roman 1984 (publié en 1949)1,2.

Une nouvelle traduction du roman en 2018 la renomme néoparler3, la traductrice Josée Kamoun justifiant : « S’il avait voulu écrire « novlangue », il aurait écrit « newlanguage ». Or ça n’est pas une langue, c’est une anti-langue.»4.

Le principe2 est que plus l’on diminue le nombre de mots d’une langue, plus on diminue le nombre de concepts avec lesquels les gens peuvent réfléchir, plus on réduit les finesses du langage, moins les gens sont capables de réfléchir, et plus ils raisonnent à l’affect. La mauvaise maîtrise de la langue rend ainsi les gens stupides et dépendants. Ils deviennent des sujets aisément manipulables par les médias de masse tels que la télévision, la radio, les journaux, les magazines, etc.

C’est donc une simplification lexicale et syntaxique de la langue destinée à rendre impossible l’expression des idées potentiellement subversives et à éviter toute formulation de critique de l’État, l’objectif ultime étant d’aller jusqu’à empêcher l’« idée » même de cette critiqueNote 2.

Hors du contexte du roman, le mot novlangue est passé dans l’usage, pour désigner péjorativement un langage ou un vocabulaire destiné à déformer une réalité, ou certaines formes de jargon. Si le mot est au masculin dans la traduction française du roman par Amélie Audiberti, il est souvent employé au féminin (la novlangue, calqué sur la langue) dans le langage courant.

Laisser un commentaire

Fermer le menu