Deux poids, une mesure.

Deux poids, une mesure.

Si tu laisses tomber cent fois un marteau d’une livre de la hauteur d’une brasse sur une verge de plomb, et puis que tu prennes un marteau ou un autre poids, qui soit de la grosseur du marteau et de telle longueur qu’il pèse 100 livres, et que tu le fasses tomber de la même hauteur d’une brasse sur une verge de plomb semblable à la première, tu verras combien la verge du coup uni de combien elle se trouve plus traversée que la première….

Voilà l’extrait tiré de Principe physique et art (manuscrit 1)

Cela semble nébuleux et flou à première vue, plusieurs prétendent qu’il se tutoyait dans ses écrits, moi je prétends qu’il s’adressait à l’élève qui veut bien apprendre en le tutoyant. Il faut travailler pour cerner Léonard de Vinci, c’est comme cela, il semble qu’il n’en avait rien à ciré de ne pas être compris par ces contemporains, il doit y avoir une bonne raison à tout cela. C’était un bâtard, donc il n’a pas eu droit aux études.

La solution est assez simple en faisant la dualité entre deux choses… d’un côté il y a (100 fois une livre d’une hauteur d’une brasse) ce qui contient plus de résistance de l’air que de l’autre côté ou il y a ( 1 fois cent livres d’une hauteur d’une brasse) ce serait la différence entre les deux selon moi.

L’avait-il compris qu’il y avait la résistance de l’air? S’amusait-il à faire des constatations sans déduction. Plusieurs vont répondre que oui, puisqu’il n’avait qu’à l’écrire, je leur répondrai aller vous faire entourlouper par un hélicoptère.

Laisser un commentaire

Fermer le menu